Protégez votre univers

Nos autres ressources

  • free.drweb.fr — utilitaires gratuits, plugins, widgets
  • av-desk.com — service Internet pour les prestataires de services Dr.Web AV-Desk
  • curenet.drweb.com — l'utilitaire de désinfection réseau Dr.Web CureNet!
Fermer

Bibliothèque
Ma bibliothèque

+ Ajouter à la bibliothèque

Contacter-nous !
Support 24/24 | Rules regarding submitting

Nous téléphoner

0 825 300 230

Forum

Vos requêtes

  • Toutes : -
  • Non clôturées : -
  • Dernière : le -

Nous téléphoner

0 825 300 230

Profil

Trojan.Proxy.27552

Added to the Dr.Web virus database: 2015-05-22

Virus description added:

Le Trojan est capable de garantir les fonctionnalités du serveur backconnect-proxy et d’envoyer du spam via un serveur de spam distant.

Lors de son installation, il essaie de créer des copies de lui-même portant les noms сsrss.exe, svchost.exe и rundll32.exe dans le dossier système C:\Windows\System32, malgré le fait que ce répertoire contient déjà un fichier original avec le nom сsrss.exe. Si le Trojan possède suffisamment de privilèges pour effectuer cette action (le fichier exécutable du malware est lancé via le compte administrateur, les privilèges de débogage sont disponibles), l'arrêt du processus сsrss.exe causera immédiatement la chute de l'OS Windows avec l'affichage d’un BSOD (" écran bleu de la mort "). En cas de faille, le Trojan copie les fichiers énumérés dans le dossier %APPDATA% et modifie le registre système Windows :

[<HKCU>\SOFTWARE\Microsoft\Windows\CurrentVersion\Run]
'Client Server Runtime Process' = '%APPDATA%\csrss.exe'
'Host-process Windows (Rundll32.exe)' = '%APPDATA%\rundll32.exe'
'Service Host Process for Windows' = '%APPDATA%\svchost.exe'

Au prochain démarrage du système, les trois logiciels créés par le Trojan seront lancés automatiquement.

Après son lancement, Trojan.Proxy.27552 vérifie la présence d’une connexion Internet en établissant une connexion aux serveurs smtp.gmail.com:25 et plus.smtp.mail.yahoo.com:25. En cas de problèmes avec la connexion, le Trojan s'arrête. En cas de succès, le Trojan essaie de notifier le serveur de gestion sur ce sujet.

La liste de serveurs de gestion est stockée dans le corps du logiciel malveillant. Le Trojan envoie à chaque adresse, via le port 9631 ou 9630, la valeur DWORD 1000 (0x3e8) et le serveur doit renvoyer la même chose. En cas de réussite, le serveur de gestion renvoie la liste actualisée des adresses IP des serveurs de gestion. La liste commence par la valeur DWORD, qui détermine le nombre de structures, puis les structures elles-mêmes, contenant les adresses IP des serveurs de gestion, le port, l’horodatage et d'autres paramètres selon lesquels le Trojan va ensuite trier les données reçues. Le Trojan compare les listes obtenues et supprime les adresses réseau locales puis il établit une liste finale des serveurs de gestion et enregistre ces données dans le registre système Windows :

[HKCU\SOFTWARE\Microsoft\Software\Microsoft\Shared Police]
MachineParam="...."

Après son lancement sur le PC, le Trojan lance trois threads. Le premier actualise la liste des serveurs de gestion, le deuxième surveille (et si nécessaire restaure) l'état de la branche du registre responsable de l'auto démarrage du Trojan et le troisième garantit les fonctionnalités du serveur backconnect-proxy.

Le Trojan utilise le port 9997 et son protocole binaire basé sur SOCKS4/5 pour communiquer avec le serveur. Il lance de nouveaux threads et essaie de se connecter aux serveurs de gestion, tandis que certains threads ouvrent ou ferment le port. La première commande du serveur de gestion envoie des paramètres pour la connexion keep-alive. Ces paramètres sont transmis sous forme de fonctions :

char __usercall set_keepalive_vals@<al>(int a1@<eax>, SOCKET s)
{
  int v2; // ecx@1
  int vInBuffer[3]; // [sp+0h] [bp-10h]@1
  DWORD cbBytesReturned; // [sp+Ch] [bp-4h]@1
  v2 = *(_DWORD *)a1;
  vInBuffer[2] = *(_DWORD *)(a1 + 4);
  vInBuffer[1] = v2;
  vInBuffer[0] = 1;
  WSAIoctl(s, SIO_KEEPALIVE_VALS, vInBuffer, 0xCu, 0, 0, &cbBytesReturned, 0, 0);
  return 1;
}

Ainsi, les serveurs de gestion forcent les systèmes infectés à conserver la connexion active pendant un délai spécifié. Par exemple, la commande c0 d4 01 00 30 75 00 00 force le système à établir la connexion pendant 2 minutes au minimum en envoyant les paquets TCP chaque 30 secondes.

La principale fonctionnalité du malware est l'accès aux serveurs SMTP pour envoyer du spam publicitaire.

News sur cette menace

Recommandations pour le traitement

  1. Si le système d'exploitation peut être démarré (en mode normal ou en mode sans échec), téléchargez Dr.Web Security Space et lancez un scan complet de votre ordinateur et de tous les supports amovibles que vous utilisez. En savoir plus sur Dr.Web Security Space.
  2. Si le démarrage du système d'exploitation est impossible, veuillez modifier les paramètres du BIOS de votre ordinateur pour démarrer votre ordinateur via CD/DVD ou clé USB. Téléchargez l'image du disque de secours de restauration du système Dr.Web® LiveDisk ou l'utilitaire pour enregistrer Dr.Web® LiveDisk sur une clé USB, puis préparez la clé USB appropriée. Démarrez l'ordinateur à l'aide de cette clé et lancez le scan complet et le traitement des menaces détectées.
Version démo gratuite

Pour 1 mois (sans enregistrement) ou 3 mois (avec enregistrement et remise pour le renouvellement)

Télécharger Dr.Web

Par le numéro de série

Veuillez lancer le scan complet du système à l'aide de Dr.Web Antivirus pour Mac OS.

Version démo gratuite

Pour 1 mois (sans enregistrement) ou 3 mois (avec enregistrement et remise pour le renouvellement)

Télécharger Dr.Web sur le site

Par le numéro de série

Veuillez lancer le scan complet de toutes les partitions du disque à l'aide de Dr.Web Antivirus pour Linux.

Version démo gratuite

Pour 1 mois (sans enregistrement) ou 3 mois (avec enregistrement et remise pour le renouvellement)

Télécharger Dr.Web

Par le numéro de série

  1. Si votre appareil mobile fonctionne correctement, veuillez télécharger et installer sur votre appareil mobile Dr.Web pour Android. Lancez un scan complet et suivez les recommandations sur la neutralisation des menaces détectées.
  2. Si l'appareil mobile est bloqué par le Trojan de la famille Android.Locker (un message sur la violation grave de la loi ou la demande d'une rançon est affiché sur l'écran de l'appareil mobile), procédez comme suit:
    • démarrez votre Smartphone ou votre tablette en mode sans échec (si vous ne savez pas comment faire, consultez la documentation de l'appareil mobile ou contactez le fabricant) ;
    • puis téléchargez et installez sur votre appareil mobile Dr.Web pour Android et lancez un scan complet puis suivez les recommandations sur la neutralisation des menaces détectées ;
    • Débranchez votre appareil et rebranchez-le.

En savoir plus sur Dr.Web pour Android

Editeur russe des solutions antivirus Dr.Web
Expérience dans le développement depuis 1992
Les internautes dans plus de 200 pays utilisent Dr.Web
L'antivirus est fourni en tant que service depuis 2007
Support 24/24

Dr.Web © Doctor Web
2003 — 2021

Doctor Web - éditeur russe des solutions antivirus Dr.Web. Doctor Web développe les produits Dr.Web depuis 1992.

333b, Avenue de Colmar, 67100 Strasbourg